Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Journée Mondiale contre la Septicémie

[the_ad id="284873"]

Fondation canadienne du Sepsis

csf@secretariatcentral.com

Causant près de 30 millions de morts dans le monde, la septicémie est, dans les pays développés, l’une des causes de la mortalité. Ses difficultés de traitement, la très grande résistance des bactéries aux antibiotiques, les couts élevés pour guérir la maladie, les conséquences néfastes sur les neurones des patients même après le traitement lui valent de faire l’objet de l’attention de la coopérative radiophonique de Toronto : l’objectif étant de sensibiliser le plus grand public afin de mobiliser les moyens humains et nécessaires pour faire reculer ce fléau. Des prothèses articulaires ou encore un déficit du système immunitaire sont souvent évoquées comme cause de la propagation de la maladie. La maladie est donc une inflammation du système immunitaire qui réagit face à des toxines laissées par des bactéries et que l’on retrouve aussi dans les hôpitaux. A l’occasion de la journée internationale contre la septicémie, un éclairage des causes, des moyens de traitements ou encore de prévention s’avère nécessaire pour contribuer au bien-être des lecteurs de nos chroniques.

Le 13 septembre est reconnu comme la journée mondiale de sensibilisation au sepsis, ainsi que le mois de septembre est le mois de la sensibilisation au sepsis. Pour vos informations. Sepsis Canada a tenu la première réunion scientifique « Transformer la trajectoire de la recherche du Sepsis. » au Canada cette semaine à Hamilton, ON. Avec une excellente table ronde animée par Avis Favaro. #CaféScientifique.

Je m’appelle Christine Caron et j’ai survécu en 2013 aux effets du sepsis et d’un choc septique. Je suis coprésident du Conseil consultatif des patients de Sepsis Canada et un patient partenaire du CCCTG et des Hôpitaux d’Ottawa. Je suis codirigente de 3 équipes de soutien pour les amputés du sepsis et les survivants du sepsis (survivants de l’infection) tant au niveau national, qu’international. Je siège également au conseil d’administration de la Coalition des amputés du Canada (CAC) ainsi qu’à l’équipe ODPRN de l’ACMTS. Je suis certifiée en soutien aux traumatisés, en tant que prestataire et formatrice. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/732216/ampute-christine-caron-chien-infection 

Je remarque que souvent en français on se sert du terme septicémie, qui indique le sepsis causée par une bactérie. Le sepsis est la réponse corporelle à une infection déjà acquise, qu’elle soit virale, bactérienne, fongique ou parasitaire. Il peut s’agir de patients post-chirurgicaux, post-maternels, dont le système immunitaire est affaibli, ce qui comprend de nombreux groupes démographiques tels que les patients en traitement pour le cancer, les bébés et enfants -5 ans, les nouveau-nés et les femmes enceintes, etc… Vous ne pouvez pas ‘attraper’ de sepsis, ce n’est pas une maladie tél quel mais plutôt un syndrome d’effets, causé par une infection qui inclut une défaillance multiviscérale. Certaines des causes les plus courantes sont les infections des voies urinaires, la pneumonie et les virus agressifs.

En effet, le sepsis est ce qui se passe entre « c’est une infection » et le choc septique traité en unité de soins intensifs.

Lorsque parmi les causes de la maladie figure l’absence d’un diagnostic rapide et efficace pour prévenir cette dernière, existe-t-il des symptômes visibles qui peuvent apparaitre sur le corps et que les patients devraient signaler à temps avant que l’infection ne se généralise ?

La meilleure façon d’éviter le sepsis est la prévention. Rester en bonne santé, manger bien et suivre les directives de Santé Canada en matière de contrôle des infections, ce qui implique d’être à jour sur tous vos vaccins.

La sepsis est une urgence médicale. Si vous avez récemment été malade, avez subi une intervention chirurgicale, avez eu un bébé, une infection où intervention dentaire, une biopsie, une plaie ouverte et que vous ou votre proche présentes avec l’un de ces signes, n’attendez pas et rendez-vous aux urgences. À l’arrivé n’hésitez pas de dire « je suis inquiète du Sepsis. »

Signes de possible sepsis chez les enfants.

– Désorienté/confus somnolent, difficile à réveiller

– Respiration rapide ou longues pauses respiratoires

– Douleur/grognements, agités

– Fréquence cardiaque élevée

– Fièvre, frissons ou très froid au toucher

– Lèvres marbrées, tachées, bleues ou peau très pâle

– Ne pas uriner/couche sèche pendant plus de 8 heures

 

Signes de possible sepsis chez l’adulte:

– Un changement d’état mental, une confusion

– Frissons extrêmes/douleurs musculaires et fièvre

– Ne pas uriner pendant 8 heures

– Essoufflement sévère/étourdissements

– Des taches/éruptions cutanées apparaissent sur la peau

– « J’ai l’impression de mourir. »

Les conséquences de la septicémie sur l’organisme sont graves. On parle d’insuffisance cardiaque qui peut entrainer un manque d’oxygénation des tissus et aboutir à une amputation des organes infectés. Les conséquences sont tellement graves que des statistiques font état d’une mort sur 18 au canada, causée par la septicémie. Quels médicaments préconisez-vous pour les patients atteints de septicémie qui puissent éviter d’en arriver à une imputation des organes infectés ?

Les conséquences sont nombreuses et les séquelles post-aiguës du sepsis, également connu sous le nom de syndrome post-sepsis.

Et malheureusement, ce qui précède ne fait qu’effleurer la surface de la guérison du sepsis. Il y a peu de compréhension ou d’interventions liées à l’ampleur des traumatismes physiques et mentaux vécus par les patients atteints de sepsis et leurs familles et au parcours souvent compliqué vers la guérison après la sortie de l’hôpital. Les patients sortent de l’hôpital sans informations réalistes sur le temps de récupération.

Une ablation du rein suite à une infection septicémique est elle prise en charge par le système de santé provincial ? Quelles sont les assurances qui prennent en compte le traitement ? Ces assurances agissent-elles à posteriori, c’est-à-dire, après que l’on ait découvert la maladie ?

Ces amputations de membres et/ou des organes sont des procédures salvatrices et sont couvertes par les soins de santé provinciaux. Quant à la couverture privée et au soutien provincial disponible. Je crois que ces chiffres sont diffèrent dans chaque province et je ne peux donc pas répondre avec certitude.

Je peux vous raconter que dans ma propre histoire : lorsqu’on m’a dit que j’aurais besoin de plusieurs amputations pour survivre, on m’a parlé des nombreux progrès réalisés en matière de prothèses disponibles. Mais à aucun moment personne n’a mentionné que je devrais payer moi-même pour ces appareils ou les appareils requise pour maintenir un peut d’indépendance.

L’importance du traitement au cas par cas de la maladie. Parmi les personnes les plus à risque de contracter la maladie figurent celles dont le système immunitaire est assez faible. Il est possible de penser aux nouveau-nés, aux personnes âgées, aux personnes cancéreuses, celles atteintes de Sida, de cirrhose du foie ou encore celles qui ont été mises sous antibiotiques peu avant d’être infectées par la maladie. Quels sont les messages de prévention qui peuvent être adressés à leur égard pour leur demander de redoubler de vigilance ? Compte tenu du cout traitement, le cas par cas ne devrait-il pas prendre en compte la situation financière de ces dernières qui sont parfois ruinées financièrement car ne pouvant pas toujours travailler ou compte tenu de leurs antécédents de santé ? Cette situation financière devrait-elle être basée sur leurs déclarations de revenus faites aux impôts ?

Les gouvernements, les bailleurs de fonds de la recherche, les universités et d’autres parties prenantes s’inquiètent du gaspillage dans la recherche en soins de santé. Le sepsis est le conduit, la voie entre la plupart des maladies et la mort. Au lieu du mot sepsis on le décris souvent avec « complications liées à » une pneumonie, le cancer, une intervention chirurgicale, un accouchement, etc.

Le sepsis est une urgence médicale avec un taux de mortalité élevé qui touche les personnes de tous âges, dans tous les domaines de soins de santé et de spécialisation des soins. Pourtant, le sepsis n’est pas identifié ou reconnu comme un domaine prioritaire de la formation médicale ou de la recherche par la plupart des agences et organisations de financement de la recherche.

Il est nécessaire de déployer des efforts au niveau national pour sensibiliser le public aux dangers de l’infection et aux précautions à prendre si les antibiotiques ne fonctionnent pas. Il faut mener des recherches ciblées sur le sepsis, pourquoi il se produit, ce qu’il fait et pourquoi les patients souffrent encore 10 à 20 ans après leur événement de sepsis?

 

[the_ad id="284873"]

Plus d'entrevues

Journée mondiale sans tabac; 31 mai 2024