Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le CSDCCS se réjouit que le gouvernement de l’Ontario reconnaisse officiellement les torts causés par le Règlement XVII

[the_ad id="284873"]

Une page d’histoire se tourne, alors qu’aujourd’hui, Kathleen Wynne, première ministre de l’Ontario a présenté des excuses officielles en chambre de la part du gouvernement de l’Ontario à la communauté franco-ontarienne pour le Règlement XVII. Le Conseil scolaire catholique de district Centre-Sud (CSDCCS) se joint à tous pour reconnaître la réparation d’une injustice historique.

Ce règlement, qui a été appliqué de 1912 à 1927, limitait l’enseignement du français et son usage comme langue de communication aux deux premières années de l’élémentaire. Il a ainsi grandement contribué à l’assimilation de beaucoup de Franco-ontariennes et Franco-ontariens, en privant toute une génération d’une éducation en français.

« Nous applaudissons à l’annonce de la première ministre Kathleen Wynne. N’oublions pas toutefois qu’il reste encore beaucoup de chemin à faire pour que tous les parents puissent exercer leur droit à l’éducation catholique de langue française. Nous espérons que ces excuses officielles de la part du gouvernement de l’Ontario l’engageront à répondre aux réclamations de la communauté, notamment en ce qui concerne le droit à une éducation dans un environnement équivalent à celui de la majorité. » affirme Melinda Chartrand, présidente du CSDCCS.

À cette occasion, le CSDCCS veut rendre hommage aux Franco-Ontariennes et Franco-Ontariens qui ont résisté durant cette période, appuyés par le clergé, notamment Mgr Élie-Anicet Latulippe, le seul évêque franco-ontarien à cette époque. Il faut leur en être reconnaissant car c’est en partie grâce à leur détermination que des familles peuvent faire éduquer leurs enfants dans des écoles catholiques de langue française aujourd’hui.

« Le Conseil scolaire de district catholique Centre-Sud se réjouit aujourd’hui du fait que le gouvernement de l’Ontario reconnaisse officiellement les torts causés par le Règlement XVII. Le français reprend ainsi sa place historique dans notre province, mais aussi dans la société d’aujourd’hui. Il s’agit d’un message important pour tous les élèves fréquentant les écoles du CSDCCS. Cela renforce leur cheminement identitaire car ils peuvent aujourd’hui parler leur langue avec fierté et exercer leur droit à recevoir une éducation catholique en français », déclare André Blais, directeur de l’éducation.

Le Conseil scolaire de district catholique Centre-Sud accueille cette année près de 16 000 élèves, au sein de ses 57 écoles : 46 écoles élémentaires, 10 écoles secondaires et une école élémentaire et secondaire établies sur un territoire de plus de 40 000 km2 qui s’étend de la péninsule du Niagara à Peterborough et du lac Ontario (Toronto) à la baie Georgienne. Notre grand réseau d’écoles catholiques de langue française permet à chaque élève de se sentir membre d’une grande communauté scolaire francophone fondée sur la foi et de bénéficier d’une éducation de première qualité, dans un environnement d’apprentissage riche, équitable et inclusif.

[the_ad id="284873"]

Plus d'actualités

Le COPA National accueille de nouveaux organismes membres

Que cherchez-vous?