Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario porte plainte auprès des Commissaires

[the_ad id="284873"]

L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (L’Assemblée) a porté plainte auprès du Commissaire aux langues officielles du Canada et du Commissaire aux services en français de l’Ontario concernant le traitement réservé aux médias communautaires francophones en milieu minoritaire. En plus de dénoncer un manque grandissant de financement pour les journaux et radios communautaires franco-ontariens, L’Assemblée déplore la montée des placements publicitaires des ministères provinciaux et fédéraux sur internet mettant en péril la viabilité de nos médias et en conséquence, la vitalité de nos communautés.

L’Assemblée souhaite obtenir des réponses tangibles des Commissaires quant à l’engagement des deux paliers de gouvernements envers un appui durable au développement des médias francophones et du respect de l’égalité de statut du français, une des deux langues officielles du pays.

« Force est de constater que les manquements à l’encontre des médias communautaires sont de plus en plus criants. En effet, alors même que nos gouvernements ont la responsabilité de favoriser l’épanouissement des communautés francophones, ils réduisent leur appui aux médias francophones qui sont pourtant des éléments clés de notre vitalité et de notre dynamisme. Les médias sont au coeur de notre quotidien et parlent de notre réalité ; ce sont des lieux d’échange qui participent à notre  construction identitaire. Si un média francophone vient à disparaître, c’est notre survie qui est menacée puisqu’une communauté qui ne peut plus communiquer est une communauté qui n’existe plus. C’est pourquoi nous souhaitons que les Commissaires prennent les mesures nécessaires pour enquêter sur ce dossier pour que les institutions visées par nos plaintes fournissent un appui financier accru aux médias communautaires francophones. », a déclaré le président de L’Assemblée, Denis Vaillancourt.

Ces plaintes viennent appuyer les voix de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA), de la Fédération acadienne de la Nouvelle Écosse (FANE) et de l’Association de la presse francophone (APF) qui dénonçaient également l’impact négatif de ces changements sur nos communautés francophones.

Les copies des lettres de plaintes sont disponibles sur demande.

[the_ad id="284873"]

Plus d'actualités

Le Musée des beaux-arts de l’Ontario appuie sur Bright Signs, une nouvelle exposition éblouissante d’art