Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La journée mondiale du recyclage: 18 Mars

[the_ad id="284873"]

Instaurée en 2018 par le Bureau International du recyclage, la journée mondiale du recyclage vise à sensibiliser les populations sur l’importance de ce phénomène. Avec un faible taux de récupération des produits atteignant à peine 8% et une augmentation des exportations des déchets de 31000 à 440000 tonnes entre 2015 et 2018 à destination de certains pays étrangers, le Canada, comme plusieurs pays développés, fait face au problème de la gestion des déchets. Des projets pilotes en matière de compost et le remplacement des ustensiles en carton par du matériel réutilisable sont mis en place. La mobilisation des écoles, associations, communes ou entreprises reste une donnée essentielle pour la mise en place d’une politique efficace de recyclage des ordures. La coopérative radiophonique de Toronto a voulu en savoir plus sur ce sujet, avec la collaboration de notre invité du jour : la ville d’Ottawa.

Un fond de 100 millions de dollars est prévu par le Canada pour commercialiser des solutions de recyclage. Le plus difficile, ce sont les plastiques dont la matière est parfois difficile à recycler, car elle contient souvent un mélange de silicone, de nylon ou de cellulose. Quelles sont les technologies de pointe qui peuvent être mises en place par ce projet pilote pour venir à bout des matières les plus complexes dans votre ville ?

Historiquement, les municipalités ont collecté, trié et commercialisé les plastiques recyclables dans le cadre de programmes réglementés par la province visant les déchets domestiques. La Ville d’Ottawa n’exploite pas de technologies de recyclage et ne possède pas l’expérience et l’expertise nécessaires pour proposer ou mettre à l’essai diverses technologies de traitement permettant de gérer les plastiques difficiles à recycler. Ce sont des entreprises du secteur privé qui se chargent de cette tâche, y compris de la transformation de ces matières plastiques en produits.

Chaque année, les Canadiens jettent environ 40 000 tonnes de déchets dans la nature. Existe-t-il des programmes de ramassage de ces déchets pouvant permettre de mettre en place des partenariats entre les écoles, les communes, les entreprises et les associations ?

Les principaux clients de la Ville d’Ottawa sont les ménages des résidences en bordure de rue et ceux des immeubles à logements multiples. La Ville collecte également les déchets des installations municipales, assure la collecte des bacs verts des écoles de la région et offre un service de ramassage aux petites entreprises dans le cadre de son Programme de sacs jaunes. La Ville d’Ottawa n’assure pas la collecte des déchets des entreprises qui ne participent pas à son Programme de sacs jaunes, cependant la province de l’Ontario réglemente la production de déchets de ces entreprises en fixant des cibles et des exigences en matière de réduction des déchets. Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter la Stratégie pour un Ontario sans déchets : Bâtir une économie circulaire. Vous trouverez également des ressources sur le site Ottawa.ca.

L’utilisation des technologies de l’information pour sensibiliser au recyclage. Existe-t-il des cellules de communication permettant de sensibiliser davantage les populations sur l’importance du recyclage ? On pense aussi à la mise en place d’une application d’alerte-recyclage pour informer des problèmes de ramassage des ordures, pour les bacs à recyclage dont les couvercles ne sont pas complètement fermés ou qui ne respectent pas les consignes. Avez-vous vécu cette expérience dans votre localité et quelles sont les solutions suggérées ?

Le calendrier de la collecte en ligne permet aux résidents de connaître leur jour de collecte, ainsi que le type d’articles ramassés ce jour-là. Il leur offre également la possibilité de s’abonner à des alertes de service qui leur rappellent leur jour de collecte et les informent de tout retard potentiel, qui peut être communiqué par le biais des médias sociaux et aux conseillers municipaux concernés. Le navigateur de déchets fournit une liste d’options pour se débarrasser de multiples articles ménagers. Ces deux outils sont disponibles par l’intermédiaire d’applications mobiles gratuites.

Les élèves sont sensibilisés au réacheminement des déchets à l’occasion de présentations données dans les écoles et les associations, y compris dans des kiosques d’information lors d’événements locaux, afin qu’ils soient informés sur la hiérarchie des déchets dans leur quotidien, les programmes de réacheminement des déchets et les exigences générales relatives aux déchets. Du matériel promotionnel imprimé est également offert, et des publicités ciblées sont diffusées en ligne, par l’intermédiaire de stations de radio, et affichées sur les camions de collecte, sur certaines poubelles et dans les abribus.

L’étiquetage des matières recyclables. La question de l’étiquetage des matières indiquant clairement la différence entre le biodégradable et le compostable est cruciale dans la lutte en faveur d’un meilleur recyclage au Canada. Faut-il adopter une politique plus répressive en instaurant plus d’amendes quitte à les utiliser pour financer le ramassage des ordures par les communes ou, au contraire, faut-il mettre en place des incitatifs fiscaux pour les particuliers qui utiliseraient la plateforme Uber consistant à faire du covoiturage de ramassage d’ordures ?

En vertu du Règlement sur la gestion des déchets solides de la Ville, tous les ménages et toutes les entreprises bénéficiant des services de collecte des déchets de la Ville sont tenus de recycler. En travaillant avec les résidents, la Ville s’emploie à sensibiliser les résidents à l’utilisation des programmes de réacheminement des déchets ménagers et communautaires et à aider les ménages à adopter des comportements durables. La majorité des entreprises et autres installations industrielles, commerciales et institutionnelles bénéficient d’une collecte privée des déchets, et les exigences en matière de réacheminement des déchets qu’elles doivent respecter sont réglementées et contrôlées par la province. »

Je vous remercie beaucoup pour votre temps

 

Ville d’Ottawa / contact media
medias@ottawa.ca

 

 

[the_ad id="284873"]

Plus d'entrevues

Journée mondiale sans tabac; 31 mai 2024